Navigation – Plan du site
Le corps refiguré

Les mutations du corps dans le cinéma américain des années quantre-vingt : disparition, substitution, résistance

Vincent Souladié

Résumé

Dans les années quatre-vingt une génération de cinéastes hollywoodiens, essentiellement dévoués au genre fantastique ou horrifique, ont engagé une profonde réflexion figurative sur les nouveaux statuts du corps au cinéma. « Ce cinéma plus que tout autre, et avec une ampleur jamais atteinte à une autre époque, s’est attaquée au corps humain pour le dépecer, le modifier, le transmuer de toutes les manières possibles1 » résume Vincent Amiel. Parmi les divers dommages physiques que le cinéma fantastique américain a fait subir à la figure humaine, se distinguent tout particulièrement les corps déshumanisés, possédés par le Mal absolu, dans les films fantastiques de John Carpenter (The Thing, 1982 ; Prince Of Darkness, 1988), les corps-machines du cinéma de James Cameron, fasciné par le « mariage du métal et de la chair2 » (Terminator, 1984 ; Abyss, 1989 ; Terminator II, 1991), puis les corps-mutants du cinéma de David Cronenberg (Videodrome, 1983 ; The Fly, 1986 ; ExistenZ, 1999), obsédé par la dégénérescence de la chair.

Haut de page

Texte intégral

1Le texte complet de cet article est publié dans l’ouvrage :
Post humain et les enjeux du sujet
Editeur : L’HARMATTAN (2 février 2012)
Collection Ouverture Philosophique
ISBN-10 : 2296567177
ISBN-13 : 978-2296567177

Haut de page

Notes

1 Vincent Amiel, Formes et obsessions du cinéma américain contemporain (1980-2002), Paris : Klincksieck Etudes, 2003, p.140.

2 Pierre Berthomieu, Le cinéma Hollywoodien, le temps du renouveau, Paris : Nathan, 2003, p. 62.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Souladié, « Les mutations du corps dans le cinéma américain des années quantre-vingt : disparition, substitution, résistance », Entrelacs [En ligne], HS | 2012, mis en ligne le 01 août 2012, consulté le 16 avril 2014. URL : http://entrelacs.revues.org/311

Haut de page

Auteur

Vincent Souladié

Doctorant – Allocataire moniteur, LARA – Université Toulouse II Le Mirail

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page