Navigation – Plan du site

Conseils aux rédacteurs

Le texte comporte un maximum de 20 pages dactylographiées (30 000 signes).

Il est transmis par courriel.

Il ne doit comporter aucune particularité de mise en page (retrait, double interligne, etc.) a fortiori insécable, ni “astuce” typographique. Elles ne peuvent que compliquer la tâche de fabrication et disparaîtront de toute manière dans le transfert de fichiers dans le logiciel de mise en page.

Les illustrations souhaitées, si l’auteur peut les fournir, devraient, dans la mesure du possible, répondre aux réquisits techniques suivants :

  • Taille des images à 100 % (1 cm dans le logiciel = 1 cm à l’impression), résolution de 300 ppp (pixels par pouce)

  • Les fichiers doivent être enregistrés de préférence en .tif ou .eps, le jpeg est toléré à condition que le taux de compression ne soit pas trop faible (10 minimum, 12 dans l’idéal)

Le texte devra être accompagné d'un résumé (environ 10 lignes) et – si possible – de la traduction anglaise des titre et résumé ; ainsi qu'une brève présentation de l'auteur, fonctions et ouvrages publiés sur le modèle suivant :
Laure Durand, étudiante de DEA à l'université de Lille III.
Alain Subra, chercheur indépendant, a contribué aux recherches sur Le flou au cinéma pour Flouter l’image (Librairie des actes, 1996) et à l'ouvrage collectif Raoul Lambert, Claire Lonfils, René Lyons, dir., Esthétiques de l’image (Payot, 2002).

Lors des corrections ou modifications, les auteurs travaillent sur la version qu'ils reçoivent de la revue et non sur leur “original”.

L’auteur prendra soin d’indiquer ses noms, prénoms, adresses postale et électronique afin de faciliter les échanges avec le comité de rédaction et afin de pouvoir recevoir un numéro de la revue à sa parution .

Les articles qui ne répondront pas à ces exigences et ne respecteront pas les conventions énoncées ci-dessous seront renvoyés à leurs auteurs.

Conventions typographiques

Tout périodique et toute maison d’édition a ses conventions typographiques qui ne coïncident pas toujours. La collaboration avec divers lieux d’édition peut troubler les auteurs, on leur demande cependant de lire attentivement ce Protocole et d’appliquer les conventions que s’est données 1895 et auxquelles on conforme les textes, quel que soit l’avis qu’on puisse avoir à leur propos.

On utilise les guillemets français (« ») et les guillemets anglais (“ ”) à l'intérieur d'un passage déjà entre guillemets (« “ ” ») et on proscrit dans tous les cas les guillemets droits (" ").

Dans la ponctuation on distingue

  • le point, la virgule, les points de suspension suivi d'un espace simple, disposé après le signe

  • du point-virgule, des deux points, des points d'interrogation et d'exclamation suivis et précédés d'un espace.

Les chiffres d'années et de siècles apparaissent ainsi : XXe siècle (et non : 20e s., ni 20è ou XXè) ; les années 1920 (et non les années 20).

Les citations courtes (1 à 2 lignes) sont mises « entre guillemets », les longues (plus de 2 lignes) sont sorties du texte et mises en retrait sans guillemets.

À l'intérieur d'une citation, les crochets [ ] signalent les interventions de l'auteur qui cite, le rétablissement d'un nom ou une explicitation comblant une lacune.

Les titres de films, de pièces de théâtre, de livres et de revues sont mentionnés en italiques et en bas de casse (minuscules).

Pour les films étrangers, dans ma mesure du possible, le titre original est préféré au titre français, celui-ci apparaissant entre parenthèses à la première occurrence du titre dans le texte.

Pour les langues comportant des signes diacritiques (polonais, tchèque) on n'introduit pas ceux-ci dans le texte, où ils ne seraient pas “lus”, sans en référer à la revue.

Dans le cas de langues usant d'alphabets non-latins (cyrillique, grec), on utilise la transcription courante des noms (telle qu'elle apparaît dans le Larousse du cinéma par exemple) et non la transcription dite scientifique – qui comporte des signes diacritiques –, a fortiori les transcriptions anglo-saxonne, italienne, etc.

Pour les titres français, l'initiale du premier mot est en capitales (majuscules), sauf lorsqu'il s'agit d'un article défini ; dans ce cas, la majuscule est mise au premier substantif (nom), ainsi qu'à l'adjectif qui le précède (Germinal, Une femme au bain, la Lutte pour la vie, le Bonheur perdu, l'Éternel Amour).

Pour les titres anglais, la première lettre de chaque mot est en majuscule (sauf les articles, les prépositions et les conjonctions à l'intérieur du titre : The Wonderful Chance, An Up-to-Date Conjurer, A Drop Too Much, When the Tables Turned, What Is Sauce for the Goose).

La bibliographie devra être présentée de façon homogène, conformément aux modèles ci-dessous :

  • pour les volumes : nom de l'auteur en bas de casse et romains ; titre de l'ouvrage en italiques ; ville d'édition ; maison d'édition ; année d'édition ; chaque mention suivie d'une virgule ;

  • pour les articles : nom de l'auteur, titre de l'article en romains et entre guillemets ; titre de la revue en italiques, numéro du périodique (précédé de « n° »), date ;

  • pour les ouvrages collectifs : nom de l'auteur de la contribution ; titre de la contribution en romains et entre guillemets ; préposition « dans » (et non « in ») sans ponctuation ; nom(s) du ou des responsable(s) du volume suivi(s) de l'abréviation « dir. » [direction] entre parenthèses (et non « ed. »).

Les références à des ouvrages, ouvrages collectifs, articles dans le corps du texte et dans les notes suivent les mêmes conventions. Pour celles-ci, les références de pages sont placées à la fin avec la lettre « p » ou « pp. » (singulier ou pluriel) ;

Le renvoi à un article ou chapitre d'un ouvrage collectif est indiqué par « dans » (et non : « in ») sans ponctuation (pas de « : »).

Les numéros des appels de référence seront placés en exposant.

Les noms propres sont toujours précédé du prénom pour le cas des personnes en vie ; le nom propre seul peut être utilisé pour des personnes décédées. En aucun cas on ne mentionne que l’initiale du prénom devant un nom propre.

Ouvrages cités

Livre

Prénom de l’auteur suivi du Nom, Titre de l’ouvrage, lieu d’édition, maison d’édition, année de parution, renvoi à la page.

1. Gaston Robert, Mémoires du Cinématographe, Paris, Cinéopse/Gauthier-Villars, 1925, p. 272.

2. Robert Daynac et Jacques François, Poétiques comparées du cinéma, vol. 2, Tournai, Casterman, 1968, pp. 339-366.

Thèse ou Mémoire non publié

1. Leon Leclerc, « French Cinéma : Aesthétic and Film Style », Ph. B. dissertation, University of Iowa, 1974.

Deux citations consécutives du même livre

1. Robert Daynac et Jacques François, Poétiques comparées du cinéma, vol. 2, Tournai, Casterman, 1968, pp. 339-366.

2. Robert Daynac et Jacques François, ibid., p. 147.

Deux citations non consécutives du même livre

1. Andrea Michaël, Scénario et images, Conservatoire régional de l'image/Paris, AFRHC, 1996, p. 83.

2. André Alain, « Un mode de représentation populaire », Entrelacs, vol. 2, n° 1, Toulouse, 1er semestre 1984, pp. 113-123.

3. Gaston Robert, Mémoires du Cinématographe, op. cit., p. 160.

Périodique cité

1. Alain René, « Un mode de représentation primitif », Iris, vol. 2, n° 1, Paris, 1er semestre 1984, pp. 113-123.

Recueil cité

1. Pierre Tarbais, « Le cinéma estonien », dans Bernard Barbon, Roger Moore, Mercy Brière (dir.), Résistances ? Cinéma en révolte, Actes Clair/Lausanne, Université Laval/Payot, 1992, pp. 44-59.

Transcriptions

Les transcriptions de noms propres et de titres en alphabet latin (à partir de l'alphabet grec ou cyrillique – noms grecs, russes, bulgares, serbes, etc.) répondent à l'usage français courant dans le corps du texte (ex. Kouléchov, Khokhlova, Chklovski) et aux règles de la transcription internationale dans les notes et les références bibliographiques (avec signes diacritiques) (ex. Kulesov, Hohlova, Sklovskij)